Archives de catégorie Visage

Parchirurginecee

Genioplastie

Au niveau du menton, lorsque le menton est fuyant (rétrogénie), deux techniques sont possibles : soit la mise en place d’un implant prothétique en silicone, soit l’utilisation d’une baguette osseuse prélevée sur le menton et disposée en avant (dans ce cas, une anesthésie générale est faite). Nous préférons la deuxième méthode, évitant ainsi au patient les risques de rejet ou de mobilisation secondaire de la prothèse et /ou la résorption de l’os du menton sous-jacent à celle-ci. Assez fréquemment, un double menton par accumulation de graisse est associé et est corrigé par une lipoaspiration effectuée dans le même temps.

Lorsque le menton est saillant (progénie), l’intervention est réalisée sous anesthésie générale. La technique consiste à retirer par voie endo-buccale, une baguette osseuse excédentaire, ce qui entraîne un recul du menton et un meilleur équilibre de la ligne du profil.

Le mode d’anesthésie est étudié en fonction de chaque cas particulier et du degré d’anxiété du patient.

la durée de l’hospitalisation est de 24 heures.

Dans les suites opératoires, il existe un oedème facial qui s’atténue progressivement sous l’effet d’un traitement adapté prescrit. La reprise de l’activité professionnelle est envisageable une semaine après l’intervention, le sport après 1 mois.

Parchirurginecee

Profiloplasties

C’est l’analyse d’un visage qui permet d’apprécier au mieux l’équilibre des différentes structures entre elles et l’harmonie de l’ensemble. Le front (étage supérieur), le nez (étage moyen), les lèvres et le menton (étage inférieur) obéissent à des rapports de proportion précis.
L’étude du profil à partir de documents photographiques et radiologiques constitue un élément complémentaire qui aidera à définir le geste chirurgical le mieux adapté : Rhinoplastie, génioplastie et/ou chirurgie des pommettes.

Ainsi une rhinoplastie retirant une bosse, peut se révéler insuffisante si un menton très fuyant n’est pas également corrigé. De même, un nez peut paraître un peu petit alors que c’est le menton qui est trop saillant. La correction du menton ou génioplastie, peut également être indiquée selon qu’il s’agit d’une progénie (menton en avant) ou d’une rétrogénie (menton fuyant).Le relief des pommettes est également étudié, car il participe à cette architecture du visage.

Ces différentes dysharmonies peuvent coexister à des degrés variables et justifier l’association de différents procédés chirurgicaux, assurant ainsi, un meilleur équilibre du visage : c’est la profiloplastie.

C’est dans le cadre d’une consultation que chacun de ces éléments, nez, menton et pommettes seront étudiés. Ce type d’opération, qui se pratique aussi bien chez l’homme que chez la femme, peut être envisagé à partir de 16 à 18 ans. la consultation comporte la prise de photographies, utiles pour l’évaluation opératoire.

1- La rhinoplastie (ou chirurgie esthétique du nez) : fait l’objet d’un chapitre spécial.
2- La chirurgie des pommettes : La lipostructure ou injection de graisse est la meilleure technique     utilisée aujourd’hui pour moduler la projection des pommettes. La graisse injectée est celle du     patient(e) prélevée au niveau du ventre ou de la face interne des genoux. Elle a l’avantage     d’être en quantité disponible et donc de permettre d’importants prélèvements, et surtout     d’être d’une tolérance parfaite, au contraire de la mise en place de prothèses en silicone qui     peut se compliquer d’un rejet ou de mobilisation de la prothèse voire d’une résorption osseuse     à long terme de l’os sous-jacent. Nous préférons la réalisation d’une lipostructure.

Ce type d’opération peut être réalisé séparément ou à l’occasion de toute autre intervention     du visage comme par exemple le lifting cervico-facial, le lifting frontal endoscopique, une     blépharoplastie,une rhinoplastie ou une génioplastie, contribuant à améliorer l’effet de     rajeunissement.
3- La génioplastie : fait l’objet d’un chapitre spécial.

Parchirurginecee

Lifting cervico-facial

Le lifting cervico-facial est une chirurgie de rajeunissement qui corrige l’affaissement des tissus du visage et du cou (joues, bajoues, contour du visage et cou). Cet affaissement des tissus est dû à l’effet de l’âge ainsi qu’aux différentes agressions (soleil, tabac, stress et autres). La peau se distend et s’affine, et l’ovale du visage perd sa définition. Les liftings modernes repositionnent muscle et graisse avant de redraper l’excès de peau, sans la tirer, pour donner une apparence naturelle et éviter l’aspect « figé » de certaines techniques actuellement révolues.

L’existence d’une accumulation de graisse (double menton, cou gras, bajoues adipeuses) est corrigée par une lipoaspiration associée.

Le lifting cervico-facial peut-être associé à d’autres gestes éventuels :

  • une chirurgie des paupières (blépharoplastie),
  • un lifting endoscopique frontal,
  • la lipostructure (injection de graisse) des pommettes ou du rebord orbitaire (cernes)
  • le traitement des rides par peeling, laser,toxine botulique ou comblement à l’acide     hyaluronique.

Les liftings actuels sont réalisés sous anesthésie générale au cours d’une hospitalisation réduite à une nuit. Les suites opératoires sont variables et dépendent de la technique utilisée. Une activité normale de type sociale et professionnelle est possible en moyenne après trois semaines.

Parchirurginecee

Lifting endoscopique frontal

Le lifting endoscopique est une chirurgie corrective de l’affaissement du sourcil et du vieillissement du haut du visage (front, région sourcilière, tempes). Il permet de corriger les signes de vieillissement de la région fronto-temporale, de remonter la queue du sourcil et d’estomper l’aspect « fatigué » du regard.

L’intervention peut être réalisée sous anesthésie locale approfondie (neuroleptanalgésie.), ou, dans certains cas, sous anesthésie générale.

Elle dure en moyenne une heure. L’incision est discrète, entièrement cachée dans les cheveux. La disparition des rides est assurée par la fragilisation des muscles responsables de leur apparition. La remise en tension de la peau assure l’ascension des sourcils.

Le séjour en clinique est de vingt-quatre heures. Un pansement protège la cicatrice pendant trois jours.

Dans les suites opératoires, on peut noter un oedème du front qui se résorbe spontanément en quelques jours.

La suture est réalisée par des fils résorbables. Les cicatrices restent toujours très discrètes. La sensibilité du front peut être atténuée transitoirement.

Le lifting endoscopique frontal peut être associé à d’autres gestes de rajeunissement facial :

  • une chirurgie des paupières (blépharoplastie),

 

  • un lifting cervico-facial,

 

  • la lipostructure (injection de graisse) des pommettes ou du rebord orbitaire (cernes),

 

  • le traitement des rides par peeling, laser, toxine botulique ou comblement à l’acide     hyaluronique

 

Parchirurginecee

Oreilles décollées

 Otoplastie permet de corriger la nature trop visible, décollée des oreilles. Dans la plupart des cas, la déformation est congénitale, et remonte à l’enfance.

La taille, l’ourlet et la forme des cartilages rendent parfois les oreilles disgracieuses. Il est fréquent que les oreilles soient décollées de façon asymétrique. Ainsi, dans tous ces cas, il est proposé une intervention chirurgicale simple, peu contraignante et très efficace.

Elle est réalisable à partir de l’âge de 7 ans (âge où l’oreille atteint sa taille adulte), pour ne pas entraver la croissance de celle-ci.

L’intervention est pratiquée a travers une incision positionnée en arrière de l’oreille, les cartilages du pavillon sont modelés et ré-appliqués de sorte que les oreilles deviennent discrètes. Les sutures cutanées sont réalisées avec du fil résorbable, évitant ainsi le recours a l’ablation des fils.

Elle est effectuée en ambulatoire, c’est-à-dire en hospitalisation de jour (le patient quitte la clinique le jour même).

Chez les enfants, jusqu’à la fin de l’adolescence l’anesthésie est générale. Pour les adultes, une anesthésie locale associée ou non à une sédation est, la plupart du temps, suffisante.

Les cicatrices situées derrière le pavillon de l’oreille sont quasi invisibles.

Parchirurginecee

lipostructure

Il s’agit d’une technique qui consiste à prélever de la graisse sur un endroit du corps et à la réinjecter sur une autre partie, pour combler une dépression ou pour donner du volume aux pommettes, menton, fesses …

Elle repose sur un triple principe :

  • Prélèvement sans traumatisme de la graisse
  • Centrifugation du prélèvement pour éliminer tout ce qui n’est pas du tissu graisseux,
  • Réinjection du tissu graisseux

Cela réalise une véritable greffe de cellules graisseuses. Par ce procédé, la nutrition des greffons est assurée par les capillaires issus des tissus environnants. Phénomène plus remarquable, dès que le tissu graisseux est placé sur son nouveau site, il prend l’aspect et la consistance des tissus receveurs. Grâce à cette mutation, la zone greffée ne semble jamais grasse, mais acquiert les caractéristiques du tissu receveur.

La lipostructure a de nombreuses indications, ses principales applications sont :
La chirurgie du vieillissement : En effet, les premiers signes de vieillissement sont dus à l’atrophie graisseuse, avant même l’installation du relâchement cutané. Les phénomènes de vieillissement sont classés en trois types :

  • Type 1, lié à l’atrophie graisseuse, sera traité par lipostructure seule
  • Type 2, lié au relâchement cutané, sera traité par le lifting,
  • Type 3, associant l’atrophie graisseuse et le relâchement cutané, sera traité par la lipostructure associée à un lifting cervico-facial.

La création des volumes : L’affaissement du visage lié à la perte de graisse alourdit les traits et attriste le regard. La lipostructure, en améliorant les proportions , va rétablir l’harmonie du visage. Une ligne mandibulaire plus forte crée un visage plus viril et plus sain. Donner du volume à des lèvres les rendra plus volumineuses et plus féminines. Augmenter un menton rendra un visage plus volontaire. Masquer les rides des sillon nasogéniens ou redonner du galbe aux pommettes rajeunit le visage, …

La correction des cicatrices : Beaucoup de cicatrices sont dépressives. Redonner un bon sous-sol améliore la qualité des cicatrices. Exemple cicatrices d’acné, en association ou non avec un traitement dermabrasif superficiel ; et les cicatrices rétractiles.

Autres applications : Chirurgie des organes génitaux externes, …

Parchirurginecee

Rhinoplastie

La rhinoplastie permet de réduire ou de remodeler la forme du nez en fonction des désirs du patient, de son souhait de modifier son image et des possibilités locales.

Il s’agit là d’une des interventions où la créativité du Chirurgien est la plus importante et celle des plus demandées en chirurgie esthétique.
Elle permet d’intégrer le nez dans une harmonie faciale, en lui donnant un aspect naturel.

La forme du nez est discutée avant l’intervention sur base d’une reconstruction informatique. Aucune cicatrice n’est apparente et toute l’intervention est réalisée par l’intérieur du nez.

Une anesthésie générale et une courte hospitalisation d’une nuit sont nécessaires.
Le résultat est immédiat dès l’ablation de l’attelle au 8e jour postopératoire mais le nez reste légèrement oedématié et le résultat continue à s’affiner durant les 3 mois suivants.
Dans les suites post-opératoires la présence d’oedéme et de bleus peut nécessiter un arrêt de travail d’une semaine.

Parchirurginecee

Blepharoplastie

La blépharoplastie sont l’une des interventions les plus pratiquées en chirurgie esthétique. Il n’y a pas d’âge pour les réaliser.

Chaque patient est unique car outre le relâchement cutané dû au vieillissement, il existe également une propension congénitale à avoir des «poches sous les yeux». Lors de l’intervention, l’excédent de peau est ôté, les muscles remis en bonne position et l’excédent de graisse enlevé ou repositionné correctement.

Cette intervention est généralement réalisée en chirurgie ambulatoire c’est à dire en hospitalisation de jour. L’anesthésie est le plus souvent locale, éventuellement potentialisée : neuroleptanalgésie.

Elle peut être réalisée seule ou en association avec une autre chirurgie faciale de rajeunissement.

Les suites opératoires sont simples, marquées le plus souvent par un œdème palpébral et des ecchymoses de résorption spontanée en quelques jours .

Les cicatrices sont invisibles et dissimulées :Pour les paupières supérieures elles sont cachées dans un pli naturel. Au niveau des paupières inférieures, l’incision est soit effectuée au ras des sourcils lorsqu’il y a un excès de peau à retirer, soit, lorsqu’il ne s’agit d’enlever que les poches de graisse, l’incision est faite par voie conjonctivale, c’est-à-dire à l’intérieur de la paupière et donc sans cicatrice sur la peau.