Archives de catégorie Silhouette

ParZika

Augmentation des fesses

La chirurgie d’augmentation des fesses est une intervention de plus en plus demandée. Elle permet de corriger « les fesses plates ».

L’augmentation des fesses peut être obtenue grâce à :

– La mise en place d’implants fessiers :
Les implants fessiers sont remplis soit d’un gel de silicone, soit d’élastomère. Ronds ou ovales, ils sont recouverts d’une membrane siliconée lisse, ou irrégulière (dite texturée) afin d’éviter les déplacements et les coques fibreuses. Le choix de la forme se fait en fonction du désir de chaque patiente, de la morphologie de son bassin et de ses fesses. Ces implants existent aussi en différentes largeurs et différentes épaisseurs.

Les implants ne corrigent que la partie haute des fesses, à cause du passage du nerf sciatique, au milieu de la fesse. La prothèse ne doit pas être à son contact.

L’intervention se déroule en clinique, sous anesthésie générale ou sous neuroleptanalgésie. On installe la patiente sur le ventre avant de pratiquer une incision dans le sillon interfessier pour introduire la prothèse, après décollement des muscles fessiers. La patiente reste en général trois nuits en clinique, toujours allongée sur le ventre, seule position autorisée avec la position debout pendant les premiers jours. Les cicatrices courtes sont dissimulées dans le pli fessier.

C’est une opération douloureuse nécessitant la prise d’ antalgiques pendant les premiers jours. La reprise de travail peut se faire après 3 semaines et le sport après un mois et demi.

– La lipostructure ou injection de graisse : pour redonner du volume aux fesses et les galber, surtout quand la perte de volume est modérée, ou lorsqu’il s’agit de corriger une asymétrie entre les deux fesses. Elle est aussi très efficace pour combler un méplat (ou creux) au niveau de la fesse.
Voir lipostructure .

– La Liposculpture ou lipoaspiration : permet un remodelage des fesses. Par ailleurs, en sculptant le pourtour des fesses au niveau de la taille, les hanches, la culotte de cheval et le sacrum(triangle au dessus du sillon interfessier), elle permet de mettre en relief le galbe des fesses et de bien l’individualiser (alors qu’il était « noyé » par l’excès de graisse l’environnant).
Voir liposuccion

ParZika

Minilift abdominal

Cette chirurgie est indiquée lorsqu’il existe un relâchement cutané ou musculaire associé à la surcharge graisseuse.
Dans ce cas, une simple lipoaspiration ne suffit pas, car la peau paraîtra alors en excès. L’intervention qu’il convient de réaliser est une mini-plastie abdominale.

Cette intervention permet de dégraisser la paroi abdominale, de retirer la peau en trop et de reconstituer le plan musculaire en lui redonnant plus de tonicité.

L’incision est horizontale, basse, située au niveau du pubis.

Elle est le plus souvent extrêmement discrète.

Une mini-plastie abdominale ne nécessite qu’un très court temps d’hospitalisation (un ou deux jours).

Le port d’une ceinture (gaine de soutien) est indiqué pendant deux semaines pour permettre une répartition harmonieuse des tissus.

ParZika

Liposuccion

La liposuccion, aussi connue sous le nom de lipoaspiration ou liposculpture est l’intervention la plus pratiquée au monde et la plus demandée en chirurgie esthétique.

Elle a pour but d’enlever l’excès de graisse disgracieux, localisé, autant chez la femme que chez l’homme. L’objectif est de sculpter harmonieusement le corps, et non pas de se substituer à une seule perte de poids.

Chez la femme, la graisse s’accumule avec prédilection autour et en dessous de l’ombilic, le bassin, la face interne des genoux et des cuisses, les bourrelets du dos, les bras et le menton.

Chez l’homme la graisse se localise plus volontiers dans la région épigastrique (ventre arrondi), les hanches (poignées d’amour) et la région mammaire (gynécomastie). Ces amas graisseux étant résistants aux différents régimes amaigrissants. Leur élimination permet d’ harmoniser les formes d’un corps pour le rendre plus gracieux.

Cette chirurgie peut être faite sous anesthésie locale (lorsque qu’une petite zone doit être aspirée) ou sous neuroleptanalgésie. Dans certains cas, bien évidemment, lorsque la quantité de graisse à retirer et le nombre de localisation est plus important, une anesthésie générale est réalisée. Enfin, l’anesthésie péridurale peut dans certains cas être proposée lorsque l’intervention concerne uniquement la partie inférieure du corps. Le mode d’anesthésie comme le geste opératoire sont donc adaptés à chaque cas particulier.

Les résultats d’une liposuccion sont durables, voire quasiment définitifs, car les cellules graisseuses aspirées ne se régénèrent plus à l’âge adulte. Ainsi les bourrelets disgracieux d’une culotte de cheval ne réapparaîtront pas. Une hygiène de vie est cependant nécessaire pour maintenir le résultat au long terme.

La lipo-aspiration peut être utilisée seule quand la tonicité de la peau garantie une bonne rétraction des tissus, ou associée à d’autres interventions comme par exemple à la plastie abdominale et le lifting de l’intérieur des cuisses surtout lorsqu’il existe un relâchement cutané ou musculaire. Ces associations techniques ont permis une très nette amélioration au niveau des résultats obtenus.

La liposculpture est une excellente technique pour donner une nouvelle silhouette à votre corps. Les résultats sont souvent très bon et l’intervention ne laisse pratiquement pas de cicatrices. Selon leurs cas, les patientes se sentiront plus à l’aise dans leurs choix vestimentaires, ou tout simplement mieux dans leur peau.

ParZika

Lifting interne des cuisses

Cette intervention a pour but de retirer l’excès cutané, de réduire l’épaisseur du pannicule adipeux et de fixer le plan superficiel au plan musculaire et aponévrotique.

Elle est indiquée lorsque la liposuccion, à elle seule ne suffit pas. Quand il existe en plus d’une infiltration adipeuse, un affaissement important du revêtement cutané.

L’intervention est réalisée sous anesthésie générale ou dans certains cas sous anesthésie péridurale.

Une lipoaspiration première est effectuée, en réduisant l’infiltration adipeuse souvent importante dans cette région. L’incision est faite dans le pli inguinal et se prolonge dans le pli fessier. La quantité de peau excédentaire est, de ce fait, réséquée et une fixation est réalisée au plan aponévrotique et musculaire. La cicatrice, située dans un pli naturel est relativement discrète.

Après l’intervention un pansement de contention (ou un vêtement élastique type panty) est mis en place et maintenu pendant quelques jours. La durée de l’hospitalisation est en moyenne de quarante – huit heures.

Dans les suites opératoires, un oedème ou des ecchymoses peuvent apparaître et qui se résorberont progressivement. La reprise de la marche est possible de façon précoce et un traitement antalgique est institué pour atténuer d’éventuelles douleurs qui existent notamment en position assise (du fait de la localisation des cicatrices). Les douches sont possibles à partir du quatrième jour et une reprise normale de l’activité est effectuée au bout de deux semaines.

ParZika

Lifting des bras

Le lifting des bras permet de corriger le relâchement cutané associé ou non à une surcharge adipeuse.

Lorsqu’un relâchement cutané important est accompagné d’un excès de graisse localisé au niveau des bras, la liposuccion, si elle est pratiquée seule, donnera un résultat insuffisant, car il persistera le relâchement cutané disgracieux.

L’intervention est réalisée sous anesthésie locale approfondie(neuroleptanalgésie.) ou sous anesthésie générale. Une lipoaspiration première est effectuée (si nécessaire) qui retire l’excès adipeux, puis le plan cutané est corrigé par une incision verticale sur la face interne du bras. Un pansement est mis en place pendant quelques jours. La durée d’hospitalisation est de vingt-quatre heures.

Dans les suites opératoires, un oedème et des ecchymoses peuvent apparaître, qui se résorberont progressivement. La qualité de la cicatrice est variable d’une personne à l’autre, elle fera l’objet de contrôles et de soins réguliers pour lui permettre d’évoluer le mieux possible.

Cette intervention, si elle laisse effectivement une cicatrice à la face interne du bras, corrige efficacement les excès cutanés et adipeux gênants et inesthétiques .

ParZika

Abdominoplastie

L’abdominoplastie est l’intervention chirurgicale qui consiste à améliorer la forme globale du ventre en traitant dans le même temps opératoire: graisse + peau + muscle.

Elle permet de:

  • diminuer l’épaisseur du panicule graisseux abdominal
  • retendre la peau avec ablation, soit d’un volumineux bourrelet inférieur (tablier abdominal), soit d’un plus petit bourrelet dans le cadre d’un minilift abdominal
  • resserrer les muscles si nécessaire (il existe souvent un écartement des muscles grand droit de l’abdomen après grossesse).

L’intervention a toujours lieu sous anesthésie générale.

L’hospitalisation est de l’ordre de trois à cinq jours, avec un arrêt de travail d’un mois pour les plasties importantes.

Il est prescrit une gaine compressive pendant environ un mois portée jour et nuit. Le résultat morphologique est atteint au bout de trois à six mois.

La cicatrice est située sous le slip et les branches latérales sont positionnées à l’endroit souhaité en fonction du modèle de maillot ou de slip habituellement porté.

Des complications sont possibles outre les problèmes spécifiques liés à l’anesthésie générale ou à la péridurale. On peut rencontrer des problèmes particuliers comme dans toutes les interventions chirurgicales : hématome, infection, anomalie cicatricielle, phénomènes thrombo-emboliques.

Ce geste abdominal autorise une nouvelle grossesse mais pas avant deux ans d’intervalle. La pratique du sport peut être envisagée au bout de cinq à six semaines.

ParZika

Augmentation des mollets

Cette procédure chirurgicale s’adresse aux patients et patientes qui présentent des jambes et des mollets trop fins.

Il s’agit de retrouver une harmonie entre les volumes et profils de la cuisse et du genou, et leur prolongement inférieur à la jambe.

Des mollets trop fins correspondent essentiellement à une hypotrophie musculaire, soit le développement incomplet en volume des muscles du mollet. Ces muscles sont au nombre de trois, un profond et deux plus superficiels donnant le relief de la jambe.

Ainsi, il faut pallier à cette hypotrophie musculaire en apportant une prothèse positionnée en profondeur au contact des muscles peu développés : il s’agit d’implants spécifiques aux mollets, de forme allongée constitués de gel ou élastomère de silicone, enveloppés dans un étui résistant, lui-même en silicone. Il existe différentes formes et longueurs de prothèse de mollet s’adaptant à l’anatomie de chaque patient(e).

L’anesthésie est loco régionale ou générale.

L’augmentation des mollets mène à une cicatrice d’une longueur de 4 cm située dans le pli postérieur de chaque genou. Cette cicatrice est horizontale, et se dissipe progressivement. L’implant est positionné sous l’aponévrose des muscles, en profondeur des mollets.

L’hospitalisation est d’une nuit. La douleur post-opératoire est modérée et s’estompe progressivement la première semaine.

Le résultat est immédiat après l’augmentation des mollets. Par ailleurs, l’oedème généré par l’intervention chirurgicale se résorbe sur une durée de 6 semaines.

Durant la première semaine après l’intervention chirurgicale, il est recommandé de réduire son activité et limiter ses déplacements.

Durant deux semaines après l’augmentation des mollets, nous prescrivons un traitement anti-coagulant pour favoriser la circulation du sang et minimiser le risque de phlébite.

Durant 3 semaines après la mise en place des implants de mollets, il est nécessaire de conserver un bandage modelant sur les mollets associé à des bas de contention serrés.

Le retour au travail peut s’effectuer dès le troisième jour s’il s’agit d’une activité sédentaire, ou à partir du 7ème jour s’il s’agit d’une activité plus mobile. Le sport n’est envisageable qu’au bout de la 6ème semaine après l’intervention chirurgicale.