Archives de catégorie Poitrine

ParZika

Gynecomastie chez l’homme

La gynécomastie est la réduction de l’hypertrophie des seins chez l’homme.

Théoriquement, la véritable gynécomastie n’est liée qu’à la glande mammaire, et la fausse gynécomastie ne contient que de la graisse. En pratique, les deux composantes, glandulaire et graisseuse, sont très souvent associées.

La gynécomastie est souvent mal vécue(l’incapacité d’aller à la piscine est un exemple fréquent, gêne sociale), d’autant plus si elle apparaît au moment de l’adolescence.

Un bilan doit être réalisé pour éliminer une cause pathologique ou médicamenteuse.

La gynécomastie est le plus souvent essentielle, c’est à dire non pathologique. La chirurgie est alors indiquée.

La chirurgie permet la réduction du volume mammaire et du noyau glandulaire : Lipoaspiration et /ou chirurgie. La lipoaspiration ne peut être envisagée seule que lorsque le contenu des seins est essentiellement graisseux.

L’anesthésie est générale ou locale potentialisée(neuroleptanalgésie). L’hospitalisation est d’une nuit : entrée le matin, sortie le lendemain.

La douleur est modérée, calmée par des antalgiques.

L’arrêt de travail prescrit est habituellement de 2 à 3 semaines.

Le sport, les mouvements violents, le port de charges lourdes, sont interdits pendant un à deux mois.

ParZika

Reconstruction mammaire

Il existe de nombreuses techniques de reconstruction mammaire. Le choix d’une reconstruction ou non, d’une technique immédiate ou différée, en un temps ou en plusieurs étapes, de l’attitude à avoir pour l’autre sein, de l’utilisation de prothèse seule ou associée à un lambeau (tissu prélevé pour remplacer la peau manquante), d’un lambeau seul, est complexe.

Ce choix se décide au mieux en concertation avec la patiente, le gynécologue, le cancérologue, le radiothérapeute et le chirurgien plasticien.

Souvent, trois étapes chirurgicales sont nécessaires : l’apport d’un volume, l’adaptation de l’autre sein, puis enfin les retouches et la reconstruction de l’aréole.

Différentes techniques peuvent être utilisées :

  • Reconstruction par prothèse retropectorale.
  • Reconstruction par prothèse après expansion tissulaire.
  • Reconstruction avec la peau du dos et une prothèse (lambeau musculocutané du muscle grand dorsal).
  • Reconstruction en transférant la peau et l’excès graisseux du ventre (lambeau abdominal).

L’anesthésie est générale. L’intervention et les cicatrices dépendront de la technique choisie.

L’hospitalisation est en général de trois jours.

Les suites sont souvent peu douloureuses et des antalgiques sont prescrits. Les fils sont en général résorbables. Il existe un œdème qui régresse en deux ou trois semaines.

Certaines précautions sont bien sur à conseiller, comme éviter des efforts importants, ou un sport trop physique pendant une quinzaine de jours.

ParZika

Réduction mammaire

Le principe de la plastie mammaire de réduction est de diminuer le volume, de galber et remonter le sein. Le sein est reformé et repositionné sur le thorax, puis l’étui cutané est réadapté à la nouvelle forme et volume du sein.

Dans la technique de plastie mammaire de réduction, il existe deux types de redrapage cutané menant à deux types de cicatrices :

La plastie mammaire à cicatrice péri aréolaire et verticale unique :

La cicatrice se situe autour de l’aréole puis verticale de l’aréole jusqu’au sillon sous mammaire.

La technique de plastie mammaire avec cicatrice en T inversé :

Il s’agit d’une cicatrice autour de l’aréole puis verticale jusqu’au sillon et enfin horizontale dans le sillon sous mammaire avec une longueur de cicatrice horizontale ménagée pour être la plus courte possible.

Après une plastie mammaire de réduction, la durée de l’hospitalisation est de 24 à 48 heures. La reprise du travail s’effectue entre 7 et 10 jours et la reprise des activités sportives après six semaines.

Le résultat est appreciable immédiatement en post-operatoire, il s’affinera pendant les deux mois suivant l’intervention car les seins ont tendance à se positionner progressivement. La patiente portera un soutien gorge sans armature nuit et jour pendant 15 jours.

Dans les suites post-opératoires les risques d’hématome ou d’infection sont rares (2 cas sur 1000 interventions), la sensibilité tactile ou erogene du mamelon peut etre modifiee mais le plus souvent de maniere transitoire.

La plastie mammaire est une intervention courante. Elle ne prédispose pas au cancer du sein. L’allaitement ainsi que la grossesse restent possibles mais sont déconseilles durant l’année qui suit l’opération pour ne pas altérer le résultat obtenu.

ParZika

Chirurgie ptose mammaire

La technique chirurgicale permet de remonter et de réparer la forme d’un sein qui « tombe ».

La ptose mammaire se manifeste par un glissement avec affaissement de la glande et une distension exagérée de l’enveloppe cutanée. La poitrine est alors trop basse et déshabitée dans sa partie supérieure. Une ptose peut exister d’emblée ou survenir après un amaigrissement important (le plus souvent après des grossesses).

La ptose peut être isolée ou associée à une hypertrophie ou à une hypoplasie mammaire qui seront également corrigées dans le même temps opératoire.

L’intervention a lieu sous anesthésie générale. Elle permet de repositionner l’aréole ainsi que l’ensemble de la glande selon le repérage réalisé sur la patiente en pré-opératoire. La durée d’hospitalisation ne dépasse pas habituellement deux jours.

Cette intervention laisse des cicatrices dont la longueur dépend de l’importance du degré de ptose et de l’éventuelle hypertrophie associée. Le plus souvent, cette cicatrice a la forme d’un « T » inversé (la barre transversale du T étant située dans le sillon sous mammaire). Dans d’autres cas, sa forme est en L ou en I. Dans les cas les plus simples, elle peut être uniquement péri-aréolaire. Le but du chirurgien est celui d’obtenir le résultat le plus satisfaisant avec la rançon cicatricielle la plus minime.

Dans les suites post opératoires, la position des seins et leur forme continuent à évoluer pendant les trois mois suivants l’intervention. Le port d’un soutien gorge de contention est ainsi, conseillé.

Les exercices physiques violents et les sports nécessitant des efforts importants (tennis, course à pied, escalade etc..) doivent être évités le mois qui suit l’intervention. La sensibilité des aréoles et des mamelons sera temporairement diminuée et récupère en général après quelques mois.

Une grossesse et un allaitement futur sont toujours possibles mais le résultat chirurgical, préalablement obtenu, risque d’en être fortement altéré. Pour cela il est conseillé d’attendre la fin des grossesses avant d’envisager cette chirurgie.

ParZika

Augmentation mammaire

L’augmentation mammaire est l’une des demandes les plus fréquentes en chirurgie esthétique et l’une des interventions qui offre le plus haut taux de satisfaction aux patientes. Nous avons tous notre idée d’une taille idéale des seins mais il est universellement admis que ceux-ci doivent apparaître naturels, fermes, remplis et sans ptose (ne tombant pas).

Les implants actuels permettent d’augmenter les seins en leur donnant un aspect souple, naturel avec un pôle supra-aréolaire rempli . Ils offrent actuellement une diversité importante de tailles mais surtout de formes. Cela permet à chaque patiente de trouver sa prothèse. L’implant peut être situé devant, ou derrière le muscle pectoral. Ce choix dépend de la morphologie de la patiente, du volume de la glande initiale, et du volume définitif désiré, ainsi que de la nature de la prothèse.

L’hypoplasie mammaire peut être isolée ou associée à une ptose qui sera corrigée dans le même temps opératoire.

La durée de l’intervention est courte, elle est réalisée sous anesthésie générale ou neuroleptanalgésie. (anesthésie générale légère sans intubation) .
L’hospitalisation est d’une nuit. Le résultat peut être visible immédiatement en post opératoire. Les suites sont peu douloureuses en règle générale.

Selon la technique opératoire utilisée, la cicatrice, toujours petite, peut être péri-aréolaire, axillaire ou parfois sous-mammaire. Les cicatrices sont le plus souvent invisibles. Les fils utilisés , sont en général résorbables.

Certaines précautions comme éviter des efforts importants, ou un sport trop physique pendant une quinzaine de jours sont conseillées. Il est actuellement tout à fait démontré que le silicone ne donne ni cancer ni maladie auto-immune. De nombreuses études réalisées sur des dizaines de milliers de femmes ont pu le prouver.

La présence de la prothèse ne modifie en rien la nature du sein qui reste naturel, c’est-à-dire qu’il reste sensible aux variations hormonales et qu’il permet, si nécessaire, un allaitement éventuel. Des grossesses ultérieures sont bien entendu possibles. Les seins opérés, évoluent normalement dans le temps et notamment en fonction du cycle hormonal et d’éventuelles variations de poids. Le traitement de l’hypoplasie mammaire est donc efficace et dure plusieurs années.